Nous suivre Follow Us

  • Facebook Du Coeur aux Soins
  • LinkedIn Du Coeur aux Soins

Nous écrire | E-mail

Nous appeler | Call Us

ducoeurauxsoins
16 oct. 2017

Suis-je obligé de porter secours?

0 commentaire

 

Plusieurs personnes me disent, encore aujourd’hui : «Je ne veux pas suivre de cours de premiers, car je serai alors obligé de porter secours lors d’un accident».

 

 

Or, qu’en est-il réellement?

La Charte Québécoise des Droits et Libertés de la Personne oblige tout le monde à porter secours, lorsque la vie de quelqu’un est en danger! Le cours de premiers soins vous donne des outils pour porter secours, mais AVEC OU SANS FORMATION, VOUS ÊTES TENU D’INTERVENIR.

 

 

Mais je ne sais pas quoi faire!

Le stress peut causer plusieurs réactions : certains interviennent et agissent presque sans penser, tout se fait naturellement.

D’autres figent, crient, ou oublient tout. Quoi faire dans cette situation? Avec ou sans formation de secourisme, composez le 9-1-1!

Le ou la préposé(e) aux appels pourra vous guider à travers les gestes à poser. Encore une fois, c’est plus facile lorsqu’on a déjà suivi une formation… surtout en période de stress.

 

 

Et les poursuites?

Vous avez droit de poursuivre qui vous voulez, quand vous voulez. OUI, les poursuites sont possibles, en cas de premiers soins. Cependant, vous êtes protégé :

 

 

La loi prévoit qu'une personne qui porte secours à autrui ne peut être tenue responsable des dommages que son intervention peut provoquer. On appelle ce moyen de défense la règle du «bon samaritain». Mais attention ! Le secouriste ne peut pas utiliser ce moyen de défense si les dommages qu'il cause sont dus à sa faute intentionnelle ou à sa faute lourde : Une personne commet une faute intentionnelle lorsqu'elle a l'intention de nuire à quelqu'un ou de lui causer un préjudice. Exemple : vous détestez la victime et vous retardez le moment d'appeler du secours de façon à ce que la personne souffre de son état.
Une personne commet une faute lourde lorsque sa conduite dénote une insouciance, une imprudence ou une négligence grossière qui ne tient pas du tout compte des intérêts d'autrui. Exemple : Pour sauver la vie d’un ami qui se noie, vous poussez des gens hors de leur embarcation et causez leur noyade.

Source: Éducaloi

 

 

J’ai peur de me blesser…

Ne mettez jamais votre vie en danger pour intervenir. Dans ce cas, appelez simplement le 9-1-1. En cas de blessure ou de décès suite à une intervention, c’est l’IVAC qui pourra possiblement verser une indemnité.

 

 

Alors...

Suivez une formation de premiers soins, avant d'avoir à faire face à une situation où vous ne savez quoi faire ;)

 

Au plaisir!

 

 

Corinne Ferragne

Directrice pour Du Coeur aux Soins inc.

 

 

Législation Québécoise

chapitre C-12

Charte des droits et libertés de la personne

PARTIE I

LES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE

CHAPITRE I
LIBERTÉS ET DROITS FONDAMENTAUX
1982, c. 61, a. 1.
1. Tout être humain a droit à la vie, ainsi qu’à la sûreté, à l’intégrité et à la liberté de sa personne.
Il possède également la personnalité juridique.
1975, c. 6, a. 1; 1982, c. 61, a. 1.
2. Tout être humain dont la vie est en péril a droit au secours.
Toute personne doit porter secours à celui dont la vie est en péril, personnellement ou en obtenant du secours, en lui apportant l’aide physique nécessaire et immédiate, à moins d’un risque pour elle ou pour les tiers ou d’un autre motif raisonnable.
1975, c. 6, a. 2.

(...)

 

 

chapitre C-20

Loi visant à favoriser le civisme

1. Dans la présente loi, à moins que le contexte n’indique un sens différent, on entend par:
a) «commission» : la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail établie en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (chapitre S‐2.1);
b) (paragraphe abrogé);
c) «personne à charge» : une personne qui au moment où le sauveteur a subi un préjudice était à sa charge au sens de la Loi sur les accidents du travail (chapitre A‐3);
d) «préjudice» : un dommage à l’intégrité physique ou aux biens d’une personne;
e) «prestation» : les bénéfices prévus par les sections III, IV et V de la Loi sur les accidents du travail et, en cas de préjudice matériel subi par le sauveteur, une somme n’excédant pas 1 000 $.
f) «réclamant» une personne qui formule une demande en vertu de l’article 3;
g) «sauveteur» : celui qui, bénévolement, porte secours s’il a un motif raisonnable de croire que la vie ou l’intégrité physique d’une personne est en danger.
1977, c. 7, a. 1; 1978, c. 57, a. 86; 1978, c. 57, a. 92; 1979, c. 63, a. 329; 1997, c. 43, a. 168; 2015, c. 15, a. 237.
2. Un sauveteur qui subit un préjudice ou, s’il en décède, une personne à sa charge, peut obtenir une prestation de la commission.
La personne physique qui, sans être une personne à charge, a acquitté les frais funéraires du sauveteur peut en obtenir le remboursement jusqu’à concurrence de 5 000 $; si une telle personne acquitte des frais pour le transport du corps, elle a droit, dans les cas prévus par les règlements en vertu de la Loi sur les accidents du travail (chapitre A-3), d’être remboursée pour la somme qui y est prescrite.
Le montant pour le remboursement des frais funéraires prévu au deuxième alinéa est revalorisé le 1er janvier de chaque année conformément aux articles 119 à 123 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (chapitre A-3.001). Le ministre publie le montant de l’indemnité ainsi revalorisé à la Gazette officielle du Québec.
1977, c. 7, a. 2; 1978, c. 57, a. 87; 2013, c. 8, a. 9.
3. Un sauveteur doit présenter à la commission une demande écrite dans les deux ans de la survenance du préjudice; dans le cas d’une personne à charge, cette demande doit être présentée dans les deux ans du décès du sauveteur; dans le cas de la personne visée dans le deuxième alinéa de l’article 2, la demande doit être présentée dans les deux ans du paiement.
Le réclamant qui ne formule pas la demande dans le délai prescrit est réputé avoir renoncé à la prestation.
1977, c. 7, a. 3; 1978, c. 57, a. 88; 2013, c. 8, a. 10.

(…)

 

 

Derniers posts
  • ducoeurauxsoins
    15 janv. 2018

    Froid de canard, ce matin! Saviez-vous qu'en période de froid extrême, si vous êtes longtemps et prenez froid, il n'est pas recommandé de prendre une douche (ou un bain) bien chaude immédiatement après être rentré dans la maison? En effet, pour simplifier les explications, le froid crée une vasoconstriction (vaisseaux sanguins qui ''rapetissent'', ce qui provoquera d'ailleurs une envie d'uriner). Avec trop de chaleur, votre corps ressentira un choc thermique - les vaisseaux sanguins se dilaterons rapidement, ce qui provoquera une chute de tension. Il y a danger de grande fatigue, étourdissements ou perte de conscience. Prenez le temps de vous réchauffer quelques minutes avec la température ambiante de votre maison ou avec une couverture. Changez vos vêtements humides pour des vêtements secs. Bougez... Lorsque vous aurez moins froid, le choc sera moins grand mais l'eau chaude aussi agréable sur votre peau ;) Bon lundi à tous!
  • ducoeurauxsoins
    14 juil. 2017

    Une crainte pour beaucoup de parents, en cette saison estivale: la noyade. Le terme ''noyade sèche'' a été abandonné depuis quelques années par la Société de Sauvetage: elle est maintenant classifiée comme une noyade. On parle maintenant de noyade mortelle, non mortelle avec séquelles ou non mortelle sans séquelles. Le principe d'une noyade, grosso-modo: L'eau entre dans les voies respiratoires , ce qui fait tousser. La toux a pour but de faire sortir l'eau: elle est normale! Le problème, est qu'une partie de cette eau peut atteindre les poumons. Là, c'est plus grave... L'eau qui atteint les poumons peut causer de graves infections , des pneumonies mortelles , des œdèmes aigus et de nombreux autres problèmes de santé . Parfois, quelques heures ou même quelques jours sont nécessaires avant l'apparition de symptômes. La noyade provoque souvent un spasme, qui empêche l'entrée et la sortie d'air: elle est donc, la majorité du temps... sans bruit. ATTENTION! La noyade mortelle La victime décède suite à une immersion (partielle) ou une submersion (complète) dans un milieu liquide . Souvent, la mort survient rapidement après l'incident; mais il peut s'agir de complications: on peut alors parler d'heures, jours, semaines ou même mois avant le décès. Dès qu'il y a un lien de cause à effet, on considère qu'il s'agit d'une noyade mortelle . C'est 372 000 personnes, à travers le monde, qui meurent noyées chaque année... Quand consulter? Si vous, votre enfant ou toute autre personne s'est noyé, a perdu conscience dans l'eau ou a été près de le faire , vous devez impérativement aller consulter à l'urgence le plus rapidement possible. Composez le 9-1-1 et demandez une ambulance pour être plus sécuritaire... Si vous avez avalé beaucoup d'eau, en général elle ira dans l'estomac, ce qui peut provoquer des vomissements. En présence d'un ou des signes suivants suite à l’événement, cependant, composez le 9-1-1: Essoufflement ou un changement dans la respiration Une coloration anormale de la peau (pâle ou moite) Des frissons Pas grave, je sais nager! Et si vous perdiez conscience parce que votre tête a frappé un objet? Ou que, pour une raison quelconque, vous aviez à nager rapidement et longtemps, et que v ous épuisiez toutes vos forces? Je vous invite à lire l'histoire d'un homme de 30 ans, qui sait bien nager, mais qui a failli perdre la vie en sauvant son fils de 2 1/2 ans dans l'eau . Pêcheurs, portez votre veste! Un petit vidéo bien drôle sur le sujet: Pour en savoir plus: La majorité des données ci-haut sont tirées du site de la Société de Sauvetage et de la Croix-Rouge Canadienne .